Gisèle Trudel participe à Régénération: Pour une écosophie de l’acte artistique

  GRAVE
Chez Grave, 9 octobre 2015
RÉGÉNÉRATION: POUR UNE ÉCOSOPHIE DE L’ACTE ARTISTIQUE est une collaboration des regroupements en art actuel et recherche-création, GRAVE, URAV et CRANE Lab. Cet évènement a pour objectif de situer l’acte artistique au cœur des contributions sociales, culturelles et philosophiques qui, actuellement, repensent le futur du monde dans un esprit de partage des connaissances et des approches créatives via les médias numériques.
Les artistes et chercheurs s’interrogeront sur l’apport que des pratiques artistiques basées sur les interconnexions numériques peuvent faire émerger à partir des concepts d’écosophie et de responsabilité sociale, via une économie collaborative. RÉGÉNÉRATION est un projet de réseautage interrégional autant qu’international qui valorise la manière dont la création artistique contribue à de nouveaux comportements responsables éthiques, artistiques et écologiques qui se développent actuellement à travers le monde.
Comment l’acte artistique peut-il influencer à long terme de grands enjeux sociétaux et le futur de notre planète ?
Le 8 octobre à la Galerie R3, 13h30
Communications théoriques
Le 9 octobre au GRAVE, 13h30
Table-ronde
Participants : Jocelyn Fiset (GRAVE), Philippe Boissonnet (URAV), Jean Voguet (CRANE Lab, Fr), Christine Palmieri (ARCHÉE), Gisèle Trudel (AELab / Grupmuv/UQAM), Jean-François Côté et Slobodan Radosavljevic (URAV), Gilles Malatray (Desartsonnants, Lyon), Fabien Zocco (Le Fresnoy, Tourcoing), Vincent Mignerot (Comité Adrastia, Lyon), Marisa R. Argonza (ARCHÉE), Serge O. Fokoua (Yaoundé, Cameroun).
  galerier3           À la Galerie R3, UQTR

EXPOSITION DE CATHERINE BÉLIVEAU

post_Catherine
Vernissage: vendredi 24 avril 2015, 19h30-22h00 Exposition: mercredi 22 au dimanche 26 avril 2015, 19h30-22h00
Lieu: UQAM / Pavillon du Cœur des sciences
Chaufferie, local CO-R700
175, avenue du Président-Kennedy Métro Place-des-Arts (sortie UQAM, au centre de la cour intérieure)
COQUILLES ÉQUIVOQUES est une installation processuelle qui investit la Chaufferie du Cœur des sciences de l’UQAM en envisageant son architecture comme un espace producteur de sensations. En exploitant volontairement les limites du logiciel de modélisation Maya, je génère des motifs « d’erreurs » qui deviennent le canevas de versions alternatives et singulières du lieu d’origine et le font bifurquer vers un devenir transformé.
Par des interventions évolutives en projection vidéo, la ligne animée active les surfaces du lieu et révèle les écarts entre ses multiples espaces limites. Arête, contour, surface ou frange, elle y est performative au sens où elle crée de nouvelles relations. Des agencements esquissés se superposent dans plusieurs temps et traces d’un même espace.
Ce projet a été réalisé avec l’appui financier et technique du groupe de recherche Grupmuv, du centre de recherche Hexagram-UQAM et du Réseau international Hexagram.

GISELE TRUDEL AU COLLOQUE BALANCE-UNBALANCE (Tempe, Arizona)

cropped-bal-unbal1 Gisèle Trudel a présenté ses recherches sur la matière résiduelle le vendredi 28 mars au colloque Balance-Unbalance qui a eu lieu à Tempe en Arizona, du 27 au 29 mars 2015. Mél Hogan, Laura Forlano, Liz Miller, Gisèle Trudel, John Hopkins: “Performing Materialities: Water & Waste” http://www.balance-unbalance2015.org/?page_id=427 This panel brings together process-oriented audiovisual investigations engaging art, science and technology. The five panelists tend to the materiality of media, to water’s participation in processes that are of ecological concern and of ongoing social and cultural significance. Specifically, examining local/global sites–canals, waterways, bridges, islands, floods, sewage, waste water, shorelines, sea levels, droughts and deserts–this panel moves from the representational and relational (of media, labor, and institutionalized power) toward effective community action and social change. 

GISÈLE TRUDEL AU SYMPOSIUM WORLD OF MATTER

forest-law

World of Matter : Écologies de l’extraction et terrains non cédés

Colloque 20 – 21 février 2015

Coorganisé par Krista Lynes (Chaire de recherche du Canada en études féministes des médias, Université Concordia) et Darin Barney (Chaire de recherche du Canada en technologie et citoyenneté, Université McGill)

Panellistes : Mabe Bethônico, Amanda Boetzkes, Nicholas Brown, Heather Davis, Alain Deneault, Adam Dickinson, Helge Mooshammer, Scott Morgensen, Peter Mortenböck, Shirley Roburn, Rafico Ruiz, Emily Scott, Nicole Starosielski, Zoe Todd, Gisèle Trudel, Lonnie van Brummelen et Peter von Tiesenhauen.

Lieu : Université Concordia, EV 7.735 1515, rue Ste-Catherine Ouest

Plus d’informations sur le programme du colloque, cliquer ici.

Ælab PRÉSENTE LIGHT, SWEET, COLD, DARK, CRUDE À LA MAISON FONTAINE

IMG_0061

light, sweet, cold, dark, crude (LSCDC) est un cycle de microévènements audiovisuels sur les eaux usées. Présenté au Québec, en Allemagne et en Nouvelle-Zélande, ce travail processuel se penche sur deux systèmes de traitement – les Eco-Machines conçus par le Dr John Todd et la Station d’épuration des eaux usées de Montréal – dans leur relation à des images de déserts recueillies dans le sud-ouest des États-Unis. Les performances fusionnent plusieurs flux, incluant l’image en mouvement, le dessin et le son immersif.

La Maison fontaine  : Du 9 au 11 octobre à 20h (annulation en cas de pluie), Esplanade Clark, rue Sainte-Catherine, angle Clark, Entrée libre.

La Maison fontaine :

Pour son tout premier projet au Canada, le collectif allemand raumlaborberlin, à l’invitation du Goethe-Institut et en collaboration avec le Quartier des spectacles, crée une installation publique unique, la Maison fontaine, présentée au cœur de Montréal. Œuvre monumentale à la fois architecturale et artistique, la Maison fontaine est un lieu de rassemblement permettant d’apprécier l’art et de célébrer l’eau.

Véritable collaboration Berlin – Montréal, cette structure est conçue par Markus Bader, un des membres fondateurs de raumlaborberlin et elle a été développée en collaboration avec Claire Mothais et Winnie Westerlund. Sept artistes locaux participeront à animer l’installation en créant des œuvres sonores, des installations lumineuses et des performances originales sur les thèmes de l’eau et l’environnement urbain : Ælab (Gisèle Trudel et Stéphane Claude), Chantal DumasCécile MartinChris Salter en collaboration avec Omar FalehErin Sexton et Magali Babin.

http://www.goethe.de/ins/ca/mon/ver/mf/frindex.htm?wt_sc=montreal_maisonfontaine

La Maison fontaine est le produit d’une collaboration avec la Biennale de Montréal (BNLMTL) qui s’inscrit dans le cadre du programme Futur antérieur de BNLMTL 2014 : L’avenir (looking forward).

IMG_0122

Image : Ælab, LSCDC / Photo : Markus Bader, raumlaborberlin

SUB-MATTER. Programme de films/vidéos performatif de FLORIAN WÜST (présenté dans l’exposition de Ælab)

KUZI_blog

Un programme de films/vidéos performatif présenté par le commissaire Florian Wüst (DE).

Grâce à une sélection de films expérimentaux, de documentaires et de courts métrages industriels, accompagnée d’extraits audio et de fragments de texte, Wüst va réfléchir sur les processus de transformation des résidus et des déchets, de l’énergie et de la subsistance. Le programme de films/vidéos performatifs et la présentation orale mettront en scène un collage de références historiques et contemporaines qui explorent les états changeants de la matière comme des indicateurs de l’ambivalence de la croissance économique et du progrès technique du monde moderne. Il s’agit d’une version augmentée de la projection de cinéma classique qui crée une variété d’expériences tangibles pour le public en intégrant la pratique artistique, le commissariat, les films, l’audio et les textes — en partie manipulés et performés en direct — dans les zones de l’installation de Ælab.

Samedi 10 mai De 15 h à 16 h 30

Centre Phi 407, rue Saint-Pierre Montréal, Qc, Canada H2Y 2M3

Image : Kuzu (Junk), Takahiko Iimura, 1962. Gracieuseté de Light Cone, Paris  

GISÈLE TRUDEL participe au séminaire international EDGING OVER & INTO SOMETHING ELSE

InstitutArtefact_blog

Mercredi 7 mai 2014

Hexagram CIAM | Série Syncretic Transcodings

Les universitaires, les artistes ainsi que les membres de Hexagram | CIAM qui participeront à ce séminaire international se questionneront sur les forces de transformation qui se produisent aux limites de la matière, qu’elle soit physique, résiduelle, biologique ou électronique. La séance de lecture du matin aura une capacité d’accueil limitée, tandis que la table ronde de l’après-midi sera sans inscription.

Avec : Thierry Bardini (Université de Montréal), Tim Dallett (artiste, Montréal), Heiko Hansen (hehe.org, Paris), Jussi Parikka (University of Southampton, UK), Gisèle Trudel (UQAM), Florian Wüst (Allemagne), Krista Geneviève Lynes (Université Concordia). Nina Czegledy (commissaire indépendante, Toronto) assurera la modération de l’évènement.

Séminaire international

7 mai 2014 | 10 h – 17 h Centre Phi – Espace D 407, rue St-Pierre Montréal (En anglais)

Inscriptions : syncretic_transcodings@hexagramciam.org

Image : Institut de l’artéfact, Téléviseurs à tube cathodique mis au rebut, Montréal (2012- )

MILIEUX ASSOCIÉS de Ælab à la Biennale internationale d’art numérique (BIAN)

0AElab_MilieuxAssocies2_72dpi_crop_blog

Milieux associés est une installation permutationnelle et performative qui met en lien l’art, la technologie et la matière résiduelle. Composée d’une vidéo, d’une membrane virevoltante, des détecteurs de proximité et de mouvement, de dessin numérique, de sons tactiles et immersifs, elle se déverse également dans la rue, le soir, en tant que projection sur les fenêtres du Centre Phi qu’on peut voir de la rue Saint-Paul. L’oeuvre explore la relation entre les humains et les matérialités cachées et négligées qui sont encore capables de transformation.

<pDu 5 au 22 mai 2014 Vernissage : 3 mai à 15h Heures d’ouverture de l’installation : du lundi au samedi, de midi à 17h Projection nocturne : du lundi au samedi, de 21h à minuit Performances : du jeudi au samedi, de 15h à 16h Commissaire : Cheryl Sim Coproduction : DHC-ART, Centre Phi, BIAN, Grupmuv, AElab Image : Léa Trudel

ALICE JARRY À LA GALERIE LES TERRITOIRES

_MG_0035

Du 30 janvier au 22 février dernier, Alice Jarry présentait l’instatallation Les entrelacs à la galerie Les Territoires. Les Entrelacs est une machine à faire et défaire des noeuds, une installation cinétique évolutive qui s’inscrit dans une série d’interventions in situ portées par une réflexion sur les agencements et la reconnaissance d’une activité matérielle inhérente à la génération d’une forme dynamique. Dans l’espace des Territoires, des réseaux de fils électriques seront peu à peu tendus, mis en mouvement, et deviendront des surfaces de projection modulables. Au fil du temps, une toile de plus en plus dense se greffera au lieu et envahira l’espace de la galerie. Chaque jour, cette forme éphémère revêtira une nouvelle configuration qui émerge d’échanges singuliers entre les forces et matières actives dans le lieu : le temps, la gravité, la traction et la lumière informeront ce travail cumulatif lié à la spatialité où chaque fil tendu remodèle en continu la topologie de la relation entre image, objet, mouvement et espace.

 Pour plus d’informations : http://lesterritoires.org/2014/02/ripley-alice/

ALICE JARRY À EASTERN BLOC

IMG_1778

Du 16 janvier au 12 février dernier, Alice Jarry présentait le projet _V2Récurrences dans le cadre de l’expostion TRAILMIX à Eastern Bloc. L’exposition explorait la pratique du dessin dans la société actuelle et la confrontait à l’utilisation de nouveaux procédés technologiques et médias numériques novateurs. Les oeuvres de cette exposition recourent à des plateformes et pratiques qui sont habituellement reléguées au domaine du numérique (serveurs Web, Google Maps, interactions en ligne, « hacking ») et les font dialoguer avec des médiums et stratégies artistiques plus classiques (objets trouvés, craie, sérigraphie).

Dans l’installation _v2Récurrences , Alice Jarry s’intéresse à la mémoire des matériaux résiduels de l’impression. Celle-ci se défait de son caractère mécanique et normalisé et devient plutôt le seuil d’émergence de singularités à priori imperceptibles à l’échelle papier. La matière imprimée est mise en mouvement et génère alors une prolifération de formes dynamiques. Dans l’installation, un squeegee électronique capte et archive des données relatives à la gestuelle répétitive de l’impression telles que la position de l’outil, la pression variable des mains et la fatigue du corps. Ces données, différentes d’une personne à l’autre, servent ensuite à générer des animations uniques qui sont projetées à nouveau sur la structure de soie de l’installation.

Commissaires : Elianne Ellbogen & Amber Erin Berson

Pour plus d’informations : http://www.easternbloc.ca/expositions-trailmix-details.php